autel

AUTEL

nom masculin
Étymologie : xie siècle, d’abord alter. Emprunté du latin chrétien altare, surtout au pluriel en latin classique altaria, « lieu élevé réservé aux sacrifices », dérivé de altus, « haut ».
1.  Marque de domaine : religion. Butte de terre, table de pierre, de bois et parfois de métal destinée aux offrandes ou aux sacrifices à une divinité. Autel funéraire. Autel votif. Autel domestique. Dresser, élever un autel. Consacrer un autel. Profaner les autels. Immoler une victime sur l’autel. L’autel de Jupiter, de Mars. Chez les Hébreux, il y avait un autel des holocaustes et un autel des parfums.
▪ Fig. Il mérite qu’on lui élève, qu’on lui dresse des autels, il est digne des plus grands honneurs, des plus grands témoignages de la reconnaissance publique. Dresser un autel à la gloire d’un écrivain. Sacrifier quelqu’un sur l’autel de l’argent, d’une idéologie, de l’État, etc., faire prévaloir le profit, une idéologie, l’intérêt de l’État, sur un individu, fût-ce au détriment de sa vie. Sacrifier son propre intérêt sur l’autel du bien commun. Ce soldat s’est sacrifié sur l’autel de la patrie.
2.  Marque de domaine : religion chrétienne. Table de bois ou de pierre où la messe est célébrée. Nappe d’autel. Pierre d’autel. On place ordinairement des reliques sous les pierres d’autel. Un devant d’autel. Les marches de l’autel. Monter à l’autel. Baiser, encenser l’autel. Servir à l’autel. Le maître-autel, le grand autel ou l’autel majeur, dans une église, le principal autel, placé dans le chœur. L’autel de la Sainte Vierge. Autel privilégié, où toute messe procure des indulgences aux âmes du Purgatoire. Autel portatif, pierre de petites dimensions, consacrée selon les rites, sur laquelle on peut célébrer la messe en dehors d’un lieu de culte et, par extension, petite valise contenant tout ce qui est nécessaire pour célébrer la messe. Le sacrifice de l’autel, le saint sacrifice de l’autel, la messe. Le sacrement de l’autel (vieilli), l’eucharistie. Expr. S’approcher de l’autel, communier. Conduire quelqu’un à l’autel, l’épouser. Aller à l’autel (vieilli), se marier. Fig. et vieilli. Élever autel contre autel, faire un schisme dans l’Église.
▪ Par analogie. Marque de domaine : histoire. Autels de la patrie, monuments érigés pendant la période révolutionnaire, symboles du culte nouveau. On éleva un grand autel de la patrie, sur le Champ-de-Mars, le 14 juillet 1790.
3. L’Église, la religion, le culte religieux. Les défenseurs du trône et de l’autel. Attaquer, renverser les autels.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.