allure

ALLURE

nom féminin
Étymologie : xiie siècle, aleüre et alure, au sens 2. Dérivé d’aller.
1. Façon de marcher ; manière d’aller. L’allure d’une personne. L’allure d’un animal. Allure légère, pesante. Allure aisée, dégagée. Je le reconnus à son allure. Les trois allures naturelles ou, elliptiquement, les trois allures du cheval sont le pas, le trot et le galop ; l’amble est généralement une allure acquise. Marque de domaine : marine. Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. Allures portantes, quand le vent pousse le navire. Allures du près, quand le navire remonte au vent.
2. Vitesse de déplacement. L’allure lente du flâneur. Accélérer, forcer l’allure. Maintenir son allure. Le train roulait à vive allure, à toute allure. Fig. et fam. Il travaille, il lit à toute allure.
3. Façon de se tenir, maintien. Il a fière allure sur son cheval. Affecter des allures de grand seigneur. Avoir belle allure, grande allure. Employé sans qualificatif. Avoir de l’allure, de la distinction, de la prestance. Cette personne a de l’allure, a beaucoup d’allure. Par métonymie. Son chapeau, sa robe a de l’allure. Fig. Manière de se conduire, comportement. Il faudra bien qu’il change d’allure. Avoir une allure effrontée. Cette femme a d’étranges allures.
4. Tournure que prennent les évènements. Cette affaire prend une mauvaise allure, une allure inquiétante ou, fam., une drôle d’allure.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.