rejet

REJET

nom masculin
Étymologie : xiiie siècle. Déverbal de rejeter.
1.  Action de jeter au-dehors ; évacuation, renvoi vers l’extérieur. Rejet de vapeur, de gaz. Le rejet en mer de résidus d’hydrocarbures par dégazage est interdit.
▪  Par métonymie. Ce qui est rejeté ; déchet. Les rejets de terre de la taupe. Les rejets industriels, domestiques.
▪  Spécialement. Marque de domaine : arboriculture. Nouvelle pousse d’une plante ligneuse, qui apparaît au niveau de la souche, du tronc ou des branches, et qui est souvent consécutive à un recépage (on dit aussi Rejeton ou, parfois, Jet). Un rejet de l’année. Des rejets de souche. Des rejets de vigne. Des rejets de hêtre, de saule. Couper les rejets pour favoriser la croissance d’un arbre. – Marque de domaine : chasse. Piège à collet dont le ressort est constitué par une pousse qu’on a courbée en arceau sans l’avoir détachée de la branche ou de la souche dont elle est issue.
2.  Report, renvoi à une certaine distance, déplacement. Surtout dans des domaines spécialisés. Marque de domaine : géologie. Le rejet d’une faille, l’amplitude du déplacement des couches de terrain provoqué par une faille. – Marque de domaine : grammaire. Marque de domaine : rhétorique. Renvoi d’un terme à la fin d’une proposition ou d’une phrase. En allemand, le rejet du verbe s’impose dans la proposition subordonnée. En français, le rejet est une figure de style. – Marque de domaine : prosodie. Procédé qui consiste à renvoyer un mot ou un groupe de mots bref, syntaxiquement lié à ce qui précède, au-delà de la limite métrique de l’hémistiche ou du vers ; la position qui en résulte. Il y a un rejet dans les vers de Chénier « Mon âme vagabonde à travers le feuillage / Frémira […] ». Contre-rejet, par lequel un mot ou un groupe de mots bref, syntaxiquement lié à ce qui suit, est placé avant la fin de l’hémistiche ou du vers. Dans les vers de Baudelaire « Deux guerriers ont couru l’un sur l’autre ; leurs armes / Ont éclaboussé l’air de lueurs et de sang », « leurs armes » est en contre-rejet.
▪  Fig. Le rejet d’une faute sur autrui.
3.  Action de repousser ; refus d’admettre, d’accepter. Le rejet d’une marchandise défectueuse. Le rejet d’une hypothèse. Le rejet d’une proposition de loi. Le rejet d’une candidature. Attitude, phénomène de rejet.
▪  Spécialement. Marque de domaine : linguistique. Marques de rejet, signes, termes par lesquels le locuteur indique sa réserve vis-à-vis des paroles qu’il prononce ou écrit. Les guillemets, les expressions comme « prétendu », « soi-disant » peuvent servir de marques de rejet. – Marque de domaine : droit. Le rejet d’un appel, d’un pourvoi. Arrêt de rejet, voir Arrêt. En droit constitutionnel. Motion de rejet préalable, décision par laquelle l’Assemblée réunie en séance refuse de délibérer sur un texte au motif qu’il est contraire à une ou plusieurs dispositions constitutionnelles. – Marque de domaine : médecine. Rejet d’une greffe ou, simplement, rejet, réaction immunitaire de l’organisme qui ne tolère pas l’organe ou le tissu greffé en raison d’une incompatibilité tissulaire.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.