recouvrement

II. RECOUVREMENT

nom masculin
Étymologie : xviie siècle. Dérivé de recouvrir.
↪ voir aussi : I. Recouvrement (n. m.)
■  Action de recouvrir ; résultat de cette action. Le recouvrement des terres par les eaux. Le recouvrement des temples d’Angkor par la végétation.
▪  Spécialement. Marque de domaine : bâtiment. Le fait, pour quelque élément, d’en recouvrir partiellement un autre afin de le protéger. Les couvre-joints, les bavettes sont posés, fixés en recouvrement. Panneau, moulure de recouvrement. Par extension. Partie d’une ardoise, d’une tuile qui se trouve recouverte par l’ardoise ou la tuile supérieure ; hauteur de cette partie. Tuile, ardoise à recouvrement. Le recouvrement, contrairement au pureau qui n’est pas recouvert, ne reçoit jamais la pluie. Recouvrement simple, double. Un recouvrement de 15 cm. Par analogie. Un bardage à recouvrement, dont les planches se recouvrent les unes les autres à la manière des ardoises d’un toit. – Marque de domaine : géologie. Superposition tectonique d’un ensemble de terrains sur un autre ensemble. – Marque de domaine : informatique. Décomposition d’un programme que la mémoire centrale d’un ordinateur ne peut contenir intégralement en différentes parties exécutées séparément les unes des autres.
Voir aussi
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.