piquet

I. PIQUET

nom masculin
Étymologie : xive siècle. Dérivé de piquer.
↪ voir aussi : II. Piquet (n. m.)
1.  Petit pieu qu’on fiche en terre. Un terrain jalonné de piquets. Attacher un animal à un piquet. Mettre, tenir les chevaux au piquet. Planter les piquets d’une tente. Les deux piquets d’un jeu de croquet.
▪  Expr. fam. Être droit, raide comme un piquet, avoir un maintien raide et guindé. Être, rester planté comme un piquet, se tenir debout, immobile, de façon gauche et contrainte. Que faites-vous là, planté comme un piquet ? Expr. fig. Mettre un élève au piquet, le punir en l’obligeant à rester debout et immobile, contre un arbre ou un mur.
2.  Marque de domaine : militaire. Anciennement. Groupe de cavaliers ou de fantassins prêts à partir à tout moment. Être de piquet. Aujourd'hui. Petit détachement de soldats constitué spécialement pour un service particulier. Un piquet d’honneur, chargé de rendre les honneurs militaires. Piquet d’incendie, équipe de pompiers de garde.
▪  Par extension. Petit groupe de personnes qui restent de permanence. Un piquet de garde, en milieu hospitalier. Piquet de grève, voir Grève II.
Voir aussi
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.