fronde

I. FRONDE

nom féminin
Étymologie : xiiie siècle. Probablement issu du latin populaire *fundula, diminutif du latin classique funda, « fronde, arme de jet, balle de plomb ».
↪ voir aussi : II. Fronde (n. f.)
1. Arme de jet formée d’une poche de cuir contenant une pierre ou une balle et reliée à deux lanières. On fait tournoyer la fronde, puis on lâche l’une des lanières pour lancer au loin le projectile. David tua Goliath d’un coup de fronde. Les anciens avaient dans leurs troupes des soldats armés de frondes.
▪ Par extension. Jouet d’enfant fait d’une petite fourche et d’un caoutchouc (on dit aussi Lance-pierre).
2.  Marque de domaine : histoire. La Fronde, la rébellion de diverses factions contre le cardinal Mazarin, au cours de la régence d’Anne d’Autriche. À la Fronde parlementaire (1648-1649) succéda la Fronde des princes (1650-1653). Par métonymie. Le parti des Frondeurs.
▪ Par extension. Esprit de critique, mouvement de contestation dirigé contre l’autorité ou l’ordre établi. La fronde des étudiants. Il soufflait alors un vent de fronde.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.