entrée

ENTRÉE

nom féminin
Étymologie : xiie siècle. Forme féminine substantivée du participe passé d’entrer.

I.

I. Action d’entrer ou de faire entrer.
1. Action de pénétrer dans un lieu. Nous avons assisté à l’entrée des bateaux dans le port. L’entrée des troupes en pays ennemi. Son entrée fit sensation. Par analogie. L’entrée de la lune dans son dernier quartier. Spécialement. Action d’entrer dans une ville avec pompe, avec solennité. L’entrée d’un souverain à Paris. L’entrée triomphale de l’armée victorieuse dans la ville. Marque de domaine : théâtre. Action d’entrer en scène et, par métonymie, moment où un acteur entre en scène. Soigner son entrée, manquer son entrée. Par ordre d’entrée en scène. – Marque de domaine : chorégraphie. Entrée de ballet ou, elliptiquement, entrée, partie d’un ballet où apparaissent en scène de nouveaux danseurs. Acte d’une comédie-ballet, d’un opéra-ballet. – Marque de domaine : cirque. Entrée de clowns, canevas sur lequel est construit un numéro de clowns ; saynète, intermède joué par les clowns. – Marque de domaine : musique. Moment où un instrument ou un groupe d’instruments commence à se faire entendre. Une entrée de cors. L’entrée des violons.
2. Le fait d’entrer dans un lieu, de s’y introduire, d’y être introduit. Règlementer l’entrée des marchandises dans un pays. Payer les droits d’entrée, les taxes exigées à l’importation. Par métonymie. Marque de domaine : commerce. Marque de domaine : comptabilité. Ensemble des marchandises ou des valeurs reçues par une entreprise au cours d’une période donnée. Livre des entrées. Les entrées et les sorties des espèces, des effets. Par analogie. Marque de domaine : informatique. Opération qui consiste à introduire des informations dans un ordinateur.
3.  Fig. Le fait d’accéder à. L’entrée d’un enfant en sixième. L’entrée au couvent. L’entrée d’un écrivain à l’Académie française. Expr. Faire son entrée dans le monde, faire ses débuts dans la vie mondaine ; s’emploie parfois dans le sens de naître.
▪ Spécialement. Marque de domaine : administration. Entrée en fonction, en charge, d’un fonctionnaire, d’un magistrat. – Marque de domaine : droit. L’entrée en possession d’un bien par son propriétaire. Date d’entrée en vigueur d’une loi, d’une décision, date à partir de laquelle elle prend effet. – Marque de domaine : rhétorique. L’entrée en matière d’un discours, la partie du discours par laquelle on aborde le sujet.

II.

II. Ce qui donne accès à un lieu.
1. Ouverture permettant de pénétrer dans un lieu. L’entrée d’un port, d’une ville. L’entrée d’une cour, d’une maison. Entrée principale, entrée de service. L’entrée des artistes, dans un théâtre, porte d’accès réservée aux artistes. Par analogie. L’entrée d’un tunnel, d’un pont. À l’entrée du bois, de la rue.
▪ Par extension. Pièce qui se présente la première à ceux qui entrent, dans un appartement, un édifice. Attendre dans l’entrée.
▪ Spécialement. Porte d’entrée d’une maison, porte principale y donnant accès. Marque de domaine : technique. Entrée de serrure, plaque fixée sur une porte et comportant un orifice pour le passage de la clé. – Marque de domaine : aéronautique. Entrée d’air, orifice permettant l’admission de l’air dans certains moteurs qui ont besoin de l’oxygène atmosphérique pour fonctionner. – Marque de domaine : sciences. Table à double entrée, tableau dont chaque terme est situé au croisement d’une ligne et d’une colonne de chiffres. – Marque de domaine : lexicographie. Chacun des mots, des termes auxquels un dictionnaire consacre un article. Les entrées sont souvent distinguées par l’emploi de capitales et de caractères gras. La neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française comportera environ cinquante mille entrées.
2.  Fig. En parlant d’une période de temps, d’un processus. Commencement, début. À l’entrée de l’hiver. Dès l’entrée du repas. Par métonymie. Mets qui vient après les hors-d’œuvre et précède le plat principal. Une entrée chaude, froide. Servir un vol-au-vent, un soufflé en entrée. Par extension. Plat principal. Un repas composé d’un hors-d’œuvre, une entrée et un dessert.
▪ Loc. adv. D’entrée, dès le début, sans aucun préliminaire. D’entrée il annonça son intention. D’entrée de jeu, dès le début du jeu et, par extension, tout d’abord, d’emblée. D’entrée de jeu, il posa ses conditions.

III.

III. Admission dans un lieu ; droit d’y pénétrer.
Entrée libre, entrée gratuite. Entrée interdite au public. Refuser l’entrée de la salle à des manifestants. Un billet d’entrée. Payer un droit d’entrée. Par analogie. Un concours d’entrée, un examen d’entrée. Par métonymie. Titre, billet permettant de pénétrer dans une salle de spectacle, un musée, etc. On lui a donné une entrée de faveur. Nous avons pris plusieurs entrées.
▪ Spécialement. Privilège d’entrer sans payer à un spectacle. Avoir son entrée, ses entrées à la Comédie-Française. Marque de domaine : histoire. Sous l’Ancien Régime, privilège attaché au rang ou à la charge et permettant d’entrer dans la chambre du roi. Les grandes et les petites entrées, celles qui y donnaient accès de bon matin ou plus tard dans la journée. Expr. fig. Avoir ses grandes et ses petites entrées chez quelqu’un, pouvoir lui rendre visite à tout moment sans crainte d’être mal reçu.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.