sarcophage

I. SARCOPHAGE

nom masculin
Étymologie : xve siècle. Emprunté, par l’intermédiaire du latin sarcophagus, « qui consume les chairs », du grec sarkophagos, « qui mange de la chair ou de la viande », lui-même composé à partir de sarx, sarkos, « chair ; corps », et phageîn, « manger », parce qu’on attribuait à la pierre dans laquelle on faisait ce coffre des propriétés caustiques.
↪ voir aussi : II. Sarcophage (n. m.)
■  Dans l’Antiquité et jusqu’au Moyen Âge, coffre funéraire de bois, de pierre, de terre cuite, de métal dans lequel, dans certaines civilisations, on plaçait un cadavre qui n’était pas destiné à la crémation. Un sarcophage phénicien, grec, romain, paléochrétien. Les corps embaumés des pharaons étaient conservés dans des sarcophages anthropomorphes. Dans le jardin de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, on a découvert des sarcophages mérovingiens. Des sarcophages peints, sculptés, ornés de bas-reliefs.
▪ Par extension. Tombeau ou partie d’un monument funéraire ayant la forme d’un tel coffre et contenant lui-même un cercueil. Situé dans l’ancienne chapelle du palais de l’Institut, le tombeau de Mazarin, qui comporte un sarcophage vide de marbre noir veiné, est un cénotaphe.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.