jongleur, -euse

JONGLEUR, JONGLEUSE

nom
Étymologie : xiiie siècle. Altération de l’ancien français juglere, jugleor, issu du latin joculator, « rieur, railleur », sous l’influence de l’ancien jangleor, « bavard, hâbleur, médisant », lui-même d’origine germanique.
1. Au Moyen Âge, sorte de ménestrel qui allait de ville en ville, de château en château, disant des vers en s’accompagnant d’un instrument, ou récitant des contes, fabliaux, etc. (dans ce sens, au féminin, on trouve Jongleresse). S’est dit par la suite d’un bateleur faisant des tours d’adresse, de passe-passe.
 Titre célèbre : Le Jongleur de Notre-Dame, récit anonyme du xiie-xiiie siècle ; conte d’Anatole France (1892) et opéra de Jules Massenet (1902).
2. Artiste de cirque, de music-hall dont le métier est de jongler. Un numéro de jongleurs et d’acrobates.
3.  Fig. Personne habile à manier les êtres et les choses, ou, péj., qui cherche à en imposer par de fausses apparences. Un jongleur de mots, d’idées.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.