En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

fée

FÉE

nom féminin
xiie siècle. Issu du latin Fata, « déesse de la destinée, Parque ».
1. Être féminin imaginaire à qui sont attribués des pouvoirs magiques. Bonne fée. Fée bienfaisante, malfaisante. La fée toucha l’enfant de sa baguette. Un don des fées. La fée Mélusine. La fée Morgane. Conte de fées, récit merveilleux où les fées jouent un rôle important.
▪ Expr. Les fées se sont penchées sur son berceau, ses dons sont exceptionnels. Vivre un conte de fées, une aventure merveilleuse. Un personnage de conte de fées, sorti tout droit d’un conte de fées, dont la façon d’être ou d’agir suscite l’étonnement, l’émerveillement.
▪ géomorphologie. Cheminée des fées ou cheminée de fée, voir Cheminée.
2. En parlant d’une femme. C’est une fée, une femme qui charme par ses grâces, par son esprit, par ses talents, qui est capable d’accomplir des prodiges. Fée du logis, se dit d’une femme qui tient admirablement sa maison. Expr. Avoir des doigts de fée, travailler comme une fée, être d’une très grande dextérité. C’est une vieille fée, une fée Carabosse. Une bonne fée, une femme qui procure soulagement et bien-être, comme par magie.
 Titre célèbre : La Fée aux miettes, conte de Charles Nodier (1832).
Liens externes
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.