bas, basse

I. BAS, BASSE

adjectif, adverbe et nom
Étymologie : xiie siècle. Du bas latin bassus, adjectif d’origine obscure, attesté d’abord au sens de « gras, obèse », puis de « bas, peu élevé ».
↪ voir aussi : II. Bas (n. m.)

I.

I. Adjectif.
1. Qui a peu de hauteur ; qui n’atteint pas la hauteur ordinaire ou normale des objets de même genre. Siège bas. Chaise basse. Table basse. Une maison basse. Cette pièce est basse de plafond. Un mur bas, un toit bas. Par analogie. Un cheval bas sur jambes, un chien bas sur pattes, qui a les jambes, les pattes courtes. Avoir le front bas, peu d’espace entre les sourcils et la racine des cheveux.
2. Qui est au-dessous d’un certain niveau ou degré pris comme terme de comparaison. La partie sud de la côte est plus basse que la partie nord. Un terrain bas et marécageux. Les basses terres. Les eaux sont basses, leur niveau a baissé. En période de basses eaux, on traverse le torrent à pied. La rivière est basse à cet endroit, a peu de profondeur. Marée basse, basse mer, moment où la mer s’est retirée, où elle est vers la fin de son reflux. Expr. fig. Les eaux sont basses, les fonds sont bas, l’argent commence à manquer. Spécialement. Un coup bas, porté à l’adversaire au-dessous de la ceinture et, fig., un coup porté en traître.
3. Qui se rapproche ou tend à se rapprocher du sol. Le vol bas des hirondelles annonce l’orage. Le soleil est bas dans le ciel. Le plafond des nuages est bas. Le ciel est bas, chargé de nuages. Par métonymie. Le temps est bas, menaçant. Le jour est bas, sur son déclin.
▪ Par extension. Qui est tourné vers le sol, baissé. Marcher la tête basse. Ce chien porte les oreilles basses, la queue basse. Expr. fig. et fam. Avoir la tête basse, l’oreille basse, être honteux, penaud, mortifié par un revers, une réprimande, etc. Faire main basse sur quelque chose, s’en emparer subrepticement ou malhonnêtement. Les cambrioleurs ont fait main basse sur les bijoux.
▪ Spécialement. Tapisserie de basse lisse, voir Lisse II.
4. Qui est situé au-dessous d’autres objets identiques ou à la partie inférieure de l’ensemble auquel il appartient. Les basses branches d’un arbre. Les basses voiles d’un vaisseau. La salle basse d’un château. Les parties basses de l’édifice. La ville basse. Les bas quartiers. La basse région de l’air. Expr. Ce bas monde, le monde où nous vivons, la terre, par opposition au ciel. En ce bas monde. Dans ce bas monde. Marque de domaine : géographie. Les basses Alpes, les basses Pyrénées, la partie de ces chaînes montagneuses dont le relief s’abaisse vers la mer. La basse Seine, le bas Rhin, la partie de ces fleuves qui est voisine de l’embouchure. Le département du Bas-Rhin. Le bas Languedoc, la basse Normandie, la basse Bretagne, la basse Égypte, la partie de ces régions qui est la plus proche de la mer. La Basse-Égypte, considérée du point de vue historique, culturel, etc. Par extension. Le bas breton, la langue celtique parlée en basse Bretagne.
5. Qui se situe à un niveau inférieur à une valeur de référence dans une échelle de valeurs mesurables ; qui est d’une faible intensité. La température est basse. De basses pressions atmosphériques. Une ligne électrique à basse tension. Sa tension artérielle est trop basse. Acheter, vendre à bas prix. Changer son argent à un taux très bas. Par métonymie. Le thermomètre, le baromètre, le compteur est bas, indique une faible valeur. Expr. Un enfant en bas âge, un très jeune enfant. Avoir la vue basse, une mauvaise vue. Au bas mot, selon l’évaluation la plus faible possible. Ce bijou vaut au bas mot le double de la somme qu’on vous propose.
▪ Marque de domaine : musique. Grave. Les notes basses de la gamme, les graves, les sons dont le nombre de vibrations est le plus faible. Ce morceau est écrit dans un ton trop bas pour ma voix. Les cordes basses, qui donnent les notes les plus graves d’une harpe ou d’un piano. Une clarinette basse, dont le registre est abaissé vers le grave. Par métonymie. Cette corde est trop basse, n’est pas montée à un ton assez haut. Cet instrument est trop bas, est accordé au-dessous du diapason. Par analogie. Parler d’un ton bas, à voix basse, sans élever la voix. Messe basse, non chantée. Expr. fig. et fam. Forcer quelqu’un à parler d’un ton plus bas, le faire parler d’un ton plus bas, réprimer son arrogance, rabattre sa fierté. Dire, faire des messes basses, parler à voix basse.
6. Qui est situé à un moindre degré dans une hiérarchie ; qui est de moindre valeur. Les basses classes d’un collège, les classes élémentaires. Occuper un bas emploi, un emploi subalterne. De bas morceaux, des morceaux de viande de qualité inférieure. Les basses classes d’une société. Un homme de basse naissance, de basse origine, de bas étage. Le bas bout de la table, les places les plus éloignées du maître de maison, laissées aux convives de moindre importance. Bas officiers, synonyme vieilli de Sous-officiers. Marque de domaine : politique. Chambre basse, en Angleterre, Chambre des communes, par opposition à Chambre des lords. – Marque de domaine : histoire. Basse justice, justice seigneuriale connaissant des délits de peu d’importance. Ce seigneur avait, dans sa terre, haute, moyenne et basse justice. Par extension. Bas justicier, par opposition à Haut justicier.
7.  Spécialement. Qui appartient aux derniers temps d’une période historique donnée et, par extension, qui est décadent, sur le déclin. L’histoire du Bas-Empire romain. Une médaille du Bas-Empire. Une statue, un bijou de basse époque. La basse latinité. Le bas latin, le latin altéré du haut Moyen Âge, après la chute de l’Empire romain.
8. Vil, méprisable. Des sentiments bas. Une basse flatterie. Avoir de basses pensées. Commettre des actions basses. Se charger des basses besognes. Un homme bas, sans courage ni élévation. Une âme basse et servile. Par métonymie. Sa figure, sa physionomie est basse, annonce des sentiments vils.
9. En parlant du langage ou des productions de l’esprit. Grossier, trivial. Mot, terme bas. Le bas comique. Une basse plaisanterie.

II.

II. Adverbe.
1. À une faible hauteur, à un niveau peu élevé ou inférieur à un niveau de référence. Être assis bas. Descendre bas, très bas, plus bas. Ce tableau a été accroché trop bas. Il demeure deux étages plus bas. Le coup est parti de plus bas. Le thermomètre est descendu très bas. Les cours sont tombés très bas, ont beaucoup baissé. Expr. Boiter bas, profondément. Saluer très bas, en s’inclinant profondément. Voler bas, près du sol. Cet oiseau, cet avion vole bas. Fig. Ces plaisanteries volent bas, sont faciles et vulgaires. Couler bas un navire, le faire s’enfoncer dans l’eau. Jeter bas, à terre. Jeter bas une maison, un édifice et, fig., un régime, les détruire. Mettre chapeau bas, ôter son chapeau. Être, se tenir chapeau bas, avoir la tête découverte par déférence. Mettre bas les armes, déposer les armes devant l’ennemi, cesser le combat et, fig., abandonner la lutte. Mettre pavillon bas, baisser le pavillon et, fig., céder, se rendre. Elliptiquement et d’une manière impérative. Chapeau bas ! Bas les armes ! Fam. Bas les mains ! ou bas les pattes ! ôtez vos mains de là ! Spécialement et employé sans complément. Ce cerf a mis bas, son bois est tombé. En parlant de la femelle de certains animaux, faire un petit, des petits. Cette jument, cette chienne, cette truie a mis bas.
▪ Fig. Le malade est bas, très bas, très mal, à la dernière extrémité. Il est bien bas, il a épuisé toutes ses ressources. Ces pertes multipliées l’ont mis bien bas. Mettre, traîner quelqu’un plus bas que terre, le rabaisser, l’humilier cruellement. Il faut qu’il soit tombé bien bas pour user d’un tel procédé, qu’il ait perdu tout sentiment de la dignité, de l’honneur. À ce degré d’avilissement, on ne saurait descendre plus bas, déchoir davantage. Cette injure vient de trop bas pour qu’elle puisse vous atteindre, émane d’un personnage trop méprisable. Spécialement. Il est parti de très bas, il s’est élevé en partant d’une position sociale très humble.
2.  Spécialement. Plus bas, plus loin, à une plus grande distance. Il habite plus bas dans cette rue. Vous trouverez la mairie un peu plus bas dans la rue. Par analogie. Dans un écrit. Plus loin dans le texte, après ces lignes. Comme nous le verrons plus bas.
3.  Marque de domaine : musique. Dans une tonalité, une sonorité grave. Vous devez jouer, chanter plus bas. Sa voix ne peut pas descendre plus bas. Le piano est accordé trop bas, en dessous du ton.
▪ Par analogie. Parler bas, tout bas, sans élever la voix, à voix basse. Parlez plus bas et, elliptiquement, plus bas ! Rire, chanter tout bas, sans faire de bruit. C’est ce que chacun pense tout bas, en secret.
4.  Loc. Ici-bas, sur la terre, en ce monde. Là-bas, plus loin, à une certaine distance.
▪ Loc. adv. À bas, à terre. Mettre à bas, renverser, détruire. Mettre à bas une maison, un arbre. Fig. Mettre à bas les privilèges, les abolir. Elliptiquement. Cri d’improbation, marquant l’hostilité. À bas l’orateur ! À bas la tyrannie ! À bas les lois scélérates !
▪ En bas, dans un lieu situé en dessous d’un autre, à la partie inférieure d’un objet. En bas, vous apercevez la rivière dans la vallée. Les bagages sont restés en bas. Il vient d’en bas. Avoir la tête en bas. Passez par en bas. Une toile signée en bas à droite.
▪ Loc. prép. À bas de, depuis un endroit plus haut que le sol et dans la direction du sol. Sauter à bas de son lit, de son cheval. Jeter quelqu’un à bas de sa monture. En bas de, en dessous de, dans la partie inférieure de. Il habite dans l’immeuble, en bas de chez nous. Il était arrivé en bas de la colline.

III.

III. Nom masculin.
1. La partie d’un objet, d’un corps, qui occupe la position la plus proche du sol, la moins élevée. Le bas du visage. Le bas d’un tableau, d’une robe, de la page. Bas de casse, voir Casse III. Soulever une caisse par le bas. Dans le bas de l’escalier. Vers le bas de la pente. Aller du bas jusqu’en haut, parcourir dans le sens vertical. Il a visité la maison du bas jusqu’en haut ou, plus souvent, de bas en haut. Regarder quelqu’un de bas en haut, de haut en bas.
▪ Loc. prép. Au bas de, au pied de, dans la partie inférieure de. Au bas de la colline, de la rue. Apposer sa signature au bas d’une page. Il y a une note au bas de la page.
2. Ce qui est inférieur dans une hiérarchie, un système de valeurs. Le bas de l’échelle sociale. Un produit de bas de gamme, de la qualité la moins bonne. Le nivellement par le bas. Tirer vers le bas, entraîner vers un niveau inférieur. Ces mauvais élèves tirent vers le bas l’ensemble de la classe.
▪ Au pluriel. Spécialement. Il y a dans la vie des hauts et des bas, une alternance de moments favorables et de moments difficiles, de périodes malheureuses. Sa fortune a connu des hauts et des bas. Il est passé par bien des hauts et des bas.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.